Une belle unité – BRAVO Lochwiller !

Par les DNA du 21 janvier nous apprenons que les arrêtés du préfet étaient encore contestés, cette fois devant le tribunal administratif. Ceux ci ont été pris sur la base du code minier où ne figurait pas à
l’époque la géothermie (celle-ci n’apparaît que dans le nouveau texte de juillet 2015). Une des conséquences directes est que les travaux en cours auraient pu être arrêtés.

Alors que nous préparions la riposte, la municipalité a proposé une grande manifestation à Saverne la veille du délibéré. Une réunion conjointe a permis d’ajuster les dernières modalités de sécurité.

Le jour de la manifestation, de nombreux élus municipaux et départementaux des villages alentours étaient présents avec leur écharpe tricolore, pour nous soutenir. Toutes les classes d’âge du village étaient représentées, de 2 à 80 ans ! On comptait environ 200 personnes, ce qui, pour un village de moins de 500 habitants est une belle preuve de mobilisation. BRAVO à tous et merci à tous les participants !!

Manif

Il semble que nos slogans (même ceux en alsacien) aient été entendus. Les travaux pouvaient se poursuivre. Une étape était franchie, il nous faudra en affronter d’autres.

5 février 2016, réunion de crise en sous-préfecture, nouvelle douche froide :

Les travaux actuels ont été stoppés. Les foreurs ne parviennent pas à suivre le forage initial à partir de 15m environ.

L’équipe Vauthrin-Forages va donc replier bagages la semaine prochaine après avoir comblé le puits.

Le Sous-Préfet a néanmoins confirmé que : le rebouchage du forage sera mené à terme.

En plus des campagnes de mesures réalisées dans le village, une mesure de l’évolution de la faille sera mise en place. A ce sujet, vous pouvez visionner la vidéo aérienne effectuée par un sympathisant, Christian MULLER. Cliquez : https://www.youtube.com/watch?v=2HAiXmJyORU

Nous restons force de propositions avec nos humbles moyens !

Nous avons tenté d’apporter notre soutien aux scientifiques en charge d’étudier la colline. Nous avons fait appel aux compétences locales de Quentin Dubus, enfant de Lochwiller et sourcier. Il a pu détecter avec ses baguettes une source descendant de la colline, d’un débit de 16 m3/h et à une profondeur de 17,6 m et passant à l’endroit même du forage où elle se sépare en deux bras pour se reformer ensuite. Nous avons transmis un schéma annoté des observations au BRGM et à Géodéris qui en ont pris bonne note et en ont tenu compte pour les travaux.

Quoi de neuf du côté des réseaux ?

En parallèle et à l’initiative de la commune, une caméra a été passée dans les réseaux d’eau de l’impasse du Koellberg. Une conduite d’eau usées est déboîtée à l’endroit même où le gonflement est à son maximum (ce qui représente en comptant 120L/habitant/jour, près de 1.7m3 d’eau injecté dans le sol par jour), ce qui ne fait qu’accentuer le phénomène. Le SDEA refuse d’intervenir, le tronçon étant propriété de la commune. Un appel d’offre a été lancé pour tenter de trouver une maîtrise d’œuvre pour la méthode de réparation, et une entreprise pour faire les travaux. A suivre …

Appel à manifester

Manif

L’affaire se complique…

Les travaux de colmatage prenant beaucoup de retard, nous avons été reçus avec les représentants de la municipalité le vendredi 4 décembre 2015 à la sous-préfecture de Saverne pour avoir des explications.

2 incidents sont en cause :

Incident N° 1 : Les « épingles » laissées dans le forage : L’entreprise Vauthrin-Forage a découvert une première épingle d’injection de résine laissée par l’entreprise SIKA dépassant de la tête du forage. Les travaux de retrait ont été effectués sans problème, mais ont engendré un peu plus d’une semaine de retard sur le planning. Par la suite et à deux reprises, les ouvriers ont découvert en remontant l’outil de forage de nouvelles épingles enroulées autour des outils et des tubes. Certaines de 15m de long. Laisser des épingles métalliques dans un forage est tout à fait anormal et ne fait que retarder les travaux. De plus, aucune information sur ces éléments ne figure dans les rapports de Sika.

AffaireSeComplique

 

Incident N° 2 : Des fuites entre -12m et -15m. : Les boues utilisées durant le forage fuient dans le sous-sol. Les foreurs ont alors tenté d’étanchéifier la zone avec divers éléments (argile gonflante, ciment, gros mortier) mais rien n’y fait, les fuites se poursuivent. Les divers produits injectés sont estimés à plus de 100m3. Que se passe-t-il à cette profondeur et où coulent ces éléments ? Nos questions sont restées sans véritables réponses.

Les services de l’état, bien que particulièrement surpris par la tournure des travaux restent confiants et affichent une franche volonté d’aller au bout. Le planning se voit donc décalé pour la fin janvier.

Une autre méthode va être employée nécessitant une foreuse de plus grande taille, nécessitant des travaux de terrassement préalables.

Espérons que 2016 leur portera chance…

Réunion publique

Le 04/11/15 a eu lieu la réunion publique en présence du nouveau Préfet M FRATACCI à la salle des fêtes de Lochwiller.

Ce dernier était accompagné du sous-préfet M Debons ainsi que des représentants du BRGM, de la DREAL, de GEODERIS et du FGAO.

Le nouveau Préfet M FRATACCI nous a confirmé que le sinistre de Lochwiller est le premier dossier dont lui a parlé M BOUILLON lors de la passation de pouvoir le 15 juillet dernier.

Après avoir ouvert la séance, Madame le Maire a passé le relais à l’Association Lochwiller Se Soulève pour une présentation en images de l’évolution des dégâts depuis 2013, suivi de l’énoncé de nos attentes.

ReunionPublique

La réunion s’est poursuivie par des présentations successives par le BRGM des travaux de colmatage en cours, de GEODERIS des analyses du sous-sol faites cet été, et du FGAO du fond de garantie et de l’état des lieux des indemnisations.

Les comptes rendus sont tous consultables sur le site de la DREAL :

Compte-rendu DREAL

Les travaux de colmatage ont pris une semaine de retard en raison d’une épingle d’injection laissée par l’entreprise SIKA dans la résine de rebouchage. Ce tuyau risque d’endommager la foreuse si elle n’est pas extraite par un outil spécifique.

Les dernières mesures topographiques confirment que la surrection se poursuit à un rythme linéaire avec, à certains endroits, un maximum de 1.5cm/mois !!

Nous nous sommes exprimé en indiquant qu’il est difficile pour nous d’attendre les résultats des analyses, d’autant qu’on nous annonce une période d’observation des mouvements sur plusieurs années. Il faut penser aux familles qui habitent dans ces maisons !

M. Fratacci a rappelé à Mme Kimmel (GEODERIS) que les résultats des analyses sont très importants car ils permettront de définir un zonage du sinistre (zone sinistrée, zone non concernée, zone intermédiaire) permettant à certains projets de se faire (vente, construction de maisons), conditionnent les indemnisations.

Des conclusions devraient donc être tirées lorsque des résultats fiables seront disponibles courant du premier trimestre 2016.

Du côté des indemnisations, 35 dossiers ont été déposés au FGAO, 5 indemnisations ont été accordées et 2 offres sont en cours.

La réunion s’est achevée par la diffusion de la chanson « si Préfet si » enregistrée par Sophie OTT et Karin MATJEKA et que l’on peut écouter sur YOU TUBE : Si préfet si

M le Préfet a apprécié cette chanson et a déclaré qu’après cela il se sent encore plus concerné.

Jean François Fritsch (ALSS) lui a alors répondu que c’est lui qui détient les clés pour nous libérer de ce sinistre, et qu’il espère que nous serons tous fixés sur notre sort avant que de l’eau chaude coule du forage de géothermie profonde d’Eckbolsheim….

Réunion à la sous-préfecture

Une réunion d’information a eu lieu à la sous préfecture. (Sous Préfet, DREAL, BRGM, municipalité, Association Lochwiller Se Soulève)

Au sujet de l’appel d’offre, dix-sept entreprises ont retiré copie du dossier de colmatage, éventuellement visité le site… et n’ont pas donné suite.

Après prolongation de l’appel d’offre, une société familiale spécialisée de Haute Marne, très connue pour ses travaux de forage pour les sociétés d’eaux (Contrex, …) propose ses services, et a rencontré le BRGM et la DREAL.

Le calendrier des travaux est le suivant :

– 26 octobre : préparation de la plateforme, des accès, mise en place des machines.

– 28/29/30 octobre : mesures préliminaires (installation d’appareillage de mesure sur 3 forages de Géodéris, du puits d’Armand Schorr) pour parer à d’éventuelles perturbations hydrauliques.

– 2 / 3 novembre : début des travaux de forage/colmatage. La durée envisagée des travaux est de 2 semaines.

– Semaine du 16 au 20 novembre : remise en état du site

 

La technique employée est décrite sur le schéma suivant (source BRGM):

TechniqueRebouchage

 

Les boues utilisées pendant le forage sont chargées en gypse et n’interagiront pas avec l’anhydrite.

Le ciment utilisé sera plus solide que la roche environnante ce qui garantit la pérennité du colmatage.

Attendre, toujours et encore…

5 forages d’investigation ont été effectués en juillet-août.

Une analyse précise de l’eau prélevée permettra de déterminer si celle-ci est d’origine profonde ou superficielle.

Le niveau d’eau dans les puits de forage sera mesuré en continu au cours des travaux de colmatage pour prévenir toute remontée d’eau.

Les carottes de terre extraites de notre sous-sol sont actuellement en cours d’analyse au laboratoire de mécanique des roches de Nancy. Ces analyses consistent à :

– Identifier les éléments chimiques de notre sous-sol (et notamment la quantité d’anhydrite et sous quelle forme elle est présente).

– Mettre en situation de gonflement les éléments obtenus. Les phénomènes de gonflement sont lents et les résultats seront obtenus dans plusieurs mois.

Les relevés effectués par le géomètre se poursuivent. Le dernier en date a eu lieu le 29 septembre. Si les relevés effectués dans un rayon d’environ 100m autour de l’épicentre révèlent des mouvements significatifs, nous n’avons toujours pas obtenu d’informations précises concernant l’extension réelle du phénomène. Ce point nous semble pourtant essentiel.

Art2_1        Art2_2

Le début des travaux de colmatage est annoncé pour le 26 octobre. Il semble que le forage dévie notablement à partir de -50m. Pour cette raison, une foreuse d’une gamme supérieure à celle envisagée dans un premier temps devrait être utilisée.

Le FGAO (Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires) a diligenté des mesures régulières de la gîte des maisons les plus proches de l’épicentre.

Prochains rendez-vous (sous réserve de modifications de dernières minutes) :

– le 14 octobre 2015 à 17h30 : réunion à la sous préfecture

– le 04 novembre 2015 à 18h30 : réunion publique à Lochwiller

Début de la « phase opérationnelle »

C’est en ces termes que le sous-préfet de Saverne, M Cedric Debons, a ouvert la réunion de ce mercredi 10 juin qui s’est tenue dans les locaux de la sous-préfecture. Lors de cette réunion, le planning des travaux nous a été transmis.

« Les procédures sont particulièrement techniques » sur le plan juridique, a reconnu Marc Hoeltzel, directeur de la DREAL, et n’ont pas permis de tenir les délais annoncés par le préfet le 19 Novembre 2014, l’appel de SIKA dans l’affaire qui les oppose au BRGM nous a fait perdre près de deux mois. L’État s’est substitué aux époux Kandel pour ensuite mandater le BRGM. Techniquement parlant, cela permet de dissocier les affaires juridiques des actions sur le terrain. Le BRGM est donc maintenant libre d’agir grâce à ce cadre administratif : «Nous pouvons maintenant intervenir sereinement sur le terrain Kandel» a affirmé M. Hoeltzel.

Le maître d’œuvre a été désigné : il s’agit de la société Antea Group, leader français de la maîtrise d’œuvre technique.

Sur la base de ce qui a été observé lors du dégagement de la tête de forage, Antea pourra préparer un cahier des charges adapté puis trouver des entreprises en mesure de réaliser les travaux.

Art1

La sélection des entreprises chargées de la réalisation des travaux pourra se faire début septembre et les travaux de colmatage devraient ainsi être achevés avant la fin du mois d’Octobre.

Les investigations de Géodéris vont se poursuivre. Début juillet, quatre forages, au minimum, vont être réalisés sur la zone impactée pour déterminer précisément la nature du sol afin de prévoir l’évolution du phénomène.

Actions imminentes

Suite aux échecs des différentes procédures qui avaient été initiées jusqu’alors, un nouvel arrêté préfectoral avait été émis le 13 janvier 2015. Cet arrêté ordonnait au propriétaire du forage ainsi qu’aux sociétés Otec et Müller d’établir un cahier des charges précisant les modalités de travaux de colmatage pour en assurer l’étanchéité, puis de réaliser lesdits travaux. Il y est également précisé qu’en cas de manquement, il serait procédé d’office, aux frais du propriétaire et des deux sociétés, à la production d’un cahier des charges et à la réalisation des travaux.

À l’échéance de cet arrêté (le 28 mars 2015), aucun cahier des charges n’ayant été remis, un dernier arrêté préfectoral permettant aux services de l’État d’engager des opérations concrètes sur le terrain a été rédigé. Le Sous-Préfet de Saverne, Cédric Debons, nous a confirmé que les appels d’offres nécessaires avaient été publiés et que la phase opérationnelle débutera par une phase d’analyse des sols dans les semaines à venir. Le calendrier prévisionnel semble donc respecté et nous devrions voir les travaux de colmatage débuter au mois de juin prochain.

Après une trop longue attente, nous guettons avec impatience l’arrivée sur le terrain d’équipes techniques. En effet, le sol gonfle depuis près de sept ans, détruisant lentement une quarantaine de maisons. Les mouvements sont impressionnants et le sol se déchire toujours sous nos pieds.

Évolution d'une faille rue du Koelberg (9 mois).

Évolution d’une faille rue du Koelberg (9 mois).
(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Nous ne constatons aucun ralentissement du phénomène dont l’évolution nous semble être essentiellement linéaire. Il est urgent d’agir sur le forage pour stopper les arrivées d’eau qui alimentent l’anhydrite et induisent sa transformation en gypse plus volumineux.

Cependant, tout ne sera pas réglé pour autant, une fois les travaux effectués. Il faudra ensuite continuer à suivre les mouvements de terrains, notamment par des relevés topographiques, pour vérifier l’efficacité non démontrée de l’action réparatrice. En effet, des opérations similaires ont été réalisées à Staufen-im-Breisgau, mais elles n’ont permis que de ralentir le phénomène qui reste non maîtrisé.

Tant que le terrain ne sera pas stabilisé, aucun état des lieux ne pourra être effectué et, en conséquences, seules les personnes en danger immédiat pourront être indemnisées. Nous restons pris en otages dans nos maisons qui s’effritent lentement mais irrémédiablement. À ce jour, les dégâts à Lochwiller sont estimés à environ 10M€